Archive for the ‘blockchain’ Category

Génération de jetons – complément 2

Saturday, October 12th, 2019

Complément à l’article Génération de jetons et complément.

Le contenu des objets des jetons va recevoir plusieurs lignes de type clé:valeur. Chaque ligne débute par trois lettre en majuscules définissant le sens sémantique (clé) de la ligne, suivi d’un deux-points ( : ) et de la valeur associée. La valeur est un texte en minuscule sans caractères spéciaux, l’espace des caractères est limité aux lettres minuscules, aux chiffres, à l’espace (sauf au début et à la fin), au point, à la virgule et à l’égal. La valeur est par défaut limité en taille à 1024 caractères sauf mention contraire pour une propriété. Il ne doit pas y avoir d’espace sur une ligne, ni en début et fin de ligne, ni autour du deux-points. Chaque ligne est terminée par un retour chariot type UNIX.

De nouvelle propriétés sont ajoutées :

  • BID : Le jeton fait parti d’un bloc (blockchain). Optionnel.
  • SVC : Le jeton fait référence à un type de service rendu (service). Taille limitée à 1024 caractères. Optionnel.
  • CLB : Le jeton peut être désactivé (cancelable). Par défaut un jeton n’est pas désactivable. Si cette option est présente, quelque soit son contenu, cela active la capacité de désactivation du jeton par la propriété CLD. Cette propriété n’interfère pas avec DTD. La taille est de un caractère maximum. Optionnel.
  • CLD : Le jeton est désactivé (canceled). Cette propriété n’a d’utilité que si CLB est activé. Si cette option est présente, quelque soit son contenu, cela désactive le jeton. La taille est de un caractère maximum. Optionnel.

La propriété CLB permet d’activer le mécanisme de désactivation à la demande piloté par l’option CLD. Mais elle n’a pas d’action sur la propriété de désactivation programmée DTD. Un jeton peut avoir une date de suppression programmée et être non désactivable avant la date de suppression. Activer la propriété CLD de façon forcée dans le contenu du jeton est faisable mais n’a pas de sens. Des jetons peuvent être générés désactivés et activés à posteriori. Un jeton désactivé ne peut pas faire parti d’une transaction.

Monnaies, transactions et individus

Sunday, August 11th, 2019

Duplicata de l’article de même nom sur le blog de nebule.


Il existe deux méthodes pour gérer les échanges de valeurs entre deux entités, ou individus.
La première consiste à suivre des objets définis comme de la monnaie et de faire des transactions de réattribution de ces objets entre entités. Le solde pour une entité est l’addition de la valeur tous les objets de monnaie en possession de l’entité.
La seconde consiste à suivre pour chaque entité un indicateur de balance de la valeur dont dispose chaque entité. Le solde est à lecture immédiate et toute transaction consiste en la soustraction d’une valeur sur un compte couplé à l’addition de la même valeur sur un autre compte.

La seconde méthode ne fonctionne pas ou très mal dans le cadre d’une cryptomonnaie sans intermédiaire de confiance, c’est à dire sans une banque pour centraliser le compteur des valeurs des comptes. La transmission de valeur devient complètement impossible sans échange avec l’intermédiaire de confiance.
Mais la première méthode n’est pas forcément mieux loti. Elle permet dans le monde réel un échange de billets sans passer par un intermédiaire de confiance. Mais dans le monde informationnel (dit aussi virtuel ou numérique), la propriété d’unicité spatial et temporel n’existe plus. Et donc il faut sceller à la vue de tous une transaction avec un intermédiaire de confiance. Celui-ci peut être une chaîne de blocs, ça ne fait que décaler l’intermédiaire de confiance vers le code et ses concepteurs.

Continuons sur la réflexion d’une cryptomonnaie.
On voit aujourd’hui plusieurs acteurs étatique ou organisationnels générer de la monnaie virtuelle et/ou revendiquer sa régulation. L’extrême limite de cette pratique serait que tout le monde puisse générer sa propre monnaie… et donc qu’il y ai des taux de change entre les monnaies de tous les individus.

Chaque individu et chaque robot peut justifier d’une certaine quantité de travail par unité de temps, par exemple on peut supposer que l’humain dispose de 16 heures d’activité par jours. Dans ces 16 heures, on va réduire à 8 heures la part allouable à autrui. Mais cette capacité de travail n’a pas de valeur directe, ce n’est pas parce que l’on a une capacité de travail de 8 heures par jour que l’on va travailler 8 heures par jour. Cependant, chaque individu peut générer chaque jours une valeur, comme une monnaie, qui représente la capacité de travail journalier. Appelons la monnaie temporelle.
Il reste encore à donner de la valeur à cette monnaie temporelle.
D’un autre côté nous retrouvons des entreprises, regroupement d’individus, qui utilisent le temps de travail disponible des individus sur un patrimoine constitué d’outils de travail ou de données afin de transformer des objets, et donc d’ajouter de la valeur. Nous pourrions associer la monnaie temporelle des différents employés avec une sorte de monnaie patrimoniale afin de dégager une monnaie véhiculant de la valeur, laquelle monnaie serait rétrocédée en partie aux employés.
Comment seraient représentées ces différentes monnaies dans un système d’information ?

La réflexion n’est pas terminée…

Billets et entité

Wednesday, August 7th, 2019

Duplicata de l’article de même nom sur le blog de nebule.


La réflexion continue autour d’une implémentation d’une monnaie virtuelle.

L’idée que le billet électronique est une entité, donc un bi-clé cryptographique, est intéressante à étudier. Cela permet de le rendre autonome mais il faut dans ce cas considérer que sa clé privée devient publique ou connue de plusieurs autres entités, ce qui revient au même. On ne peut donc pas supprimer la nécessité de gérer la confiance via un tier de confiance ou une chaîne de blocs pour consolider le graphe des transactions.

Mais si ce billet électronique est constitué de la chaîne des entités du billets, alors on a un mécanisme d’anonymisation.

Lien de transaction

Wednesday, August 7th, 2019

Duplicata de l’article de même nom sur le blog de nebule.


La réflexion continue autour d’une implémentation d’une monnaie virtuelle sur la base de nebule, donc une crypto-monnaie.

Dans ce cadre, une transaction peut/doit devenir notamment devenir immuable et définitive. Si il serait possible de mettre en place un tel mécanisme et algorithme avec des liens supprimables, il serait cependant plus judicieux et clair de disposer d’un lien explicitement non supprimable. Cela renforce la confiance dans le mécanisme. Ce serait un lien de transaction, type t ?

Cependant cela demande à modifier des parties critiques des algorithmes de traitement des liens… et les alourdis un peu…

Et comment gère-t-on l’oubli volontaire de ces liens ?

Éviter un projet de blockchain mort-né

Friday, March 1st, 2019

Duplicata de l’article de même nom sur le blog de nebule.


L’article du blog de MultiChain.com intitulé “Avoiding the pointless blockchain project” fait le tour des points à respecter pour justifier la mise en place d’une blockchain dans un projet.

Il se trouve que les différents points sont concordants avec le projet nebule qui lui n’est pas une chaîne de blocs.

La lecture est intéressante. La blockchain peut être aussi privée, et donc pouvoir être localisée et non nécessiter d’être unique et synchronisée au niveau mondial. Mais dans ce cas se pose la question de la quantité suffisante de nœuds pour calculer et valider les blocs. Et si on revient vers des nœuds privés pour une blockchain privée, alors on perd l’intérêt d’une chaîne de blocs de transactions… et on revient sur un système avec un tiers de confiance.

Blockchain, billets et valeur

Thursday, October 25th, 2018

Duplicata de l’article de même nom sur le blog de nebule.


Dans la réflexion sur l’implémentation d’un équivalent de blockchain dans nebule, il apparaît un problème qui n’est pas vraiment technique.

La blockchain permet de transmettre des billets électroniques sous la forme de transactions dans des blocs. Avec nebule, on peut utiliser les liens comme transactions et des objets prenants le rôle de billet électroniques, ou utiliser des objets de transactions pour des objets portants de la valeur. Dans les deux cas on peut le faire avec un mécanisme assurant de la confiance dans les transactions.

Chaque billet est porteur d’une valeur. Cette valeur n’est pas fixe, c’est juste une convention, et elle va dépendre de plusieurs paramètres. Le volume de billets pouvant évoluer avec le temps, à la hausse, la valeur de chaque billet va naturellement baisser juste du fait de l’augmentation des billets pour une valeur globale constante. Cette valeur monétaire peut évoluer aussi dans le temps avec les transactions d’achat ou de revente des billets eux-même, indépendamment de la valeur d’origine qu’ils représentaient.

Or si cette valeur monétaire peut évoluer dans le temps, elle doit malgré tout être initialisée à un moment. On passe par exemple d’un objet physique ayant une valeur d’usage à une monnaie qui transporte cette valeur initiale. Il y a une sorte d’échange de valeur entre un objet physique et un objet virtuel. Mais comment vas-t-on faire pour générer des billets décentralisés de façon à permettre l’échange de valeur ? Les billets doivent-ils pré-exister ?

Blockchain et nouveau lien

Saturday, August 11th, 2018

Duplicata de l’article de même nom sur le blog de nebule.


Suite des articles sur la Blockchain et nebule, Le cas de la messagerie et la Réputation d’entité et chaînage.

Le problème de n’avoir que des liens annulables dans nebule, rapporté à une émulation du fonctionnement d’un équivalent de la blockchain, c’est que l’entité initiatrice d’une transaction peut invalider la transaction ou au contraire elle peut se voir contraindre la transaction par un groupe coalisé.

Une solution serait de créer un nouveau type de lien spécifiquement non annulable, c’est à dire non soumis à l’action du lien de type x. Mais ce cas particulier va ralentir le traitement de la lecture et de la vérification des liens là où elle doit être la plus optimale. Mais bon la force de l’usage fait peut-être loi.

Une autre solution pourrait être de se baser sur un objet de transaction. Dans ce cas nous n’avons plus un objet servant de jeton de valeur avec la résolution des liens pour suivre ses évolutions mais un objet de transaction faisant en interne référence à un autre objet jeton de valeur. Dans ce cas, la suppression d’un objet répliqué étant beaucoup plus illusoire, si d’autres entités signent cet objet comme une transaction il est possible de la retrouver même si l’initiateur de la transaction le supprime. Cette méthode pose cependant un problème, quel lien doit être utilisé afin de propager l’objet de la transaction, et donc la transaction elle même, tout en permettant la création de confiance ?

Réputation d’entité et chaînage

Tuesday, May 15th, 2018

Duplicata de l’article de même nom sur le blog de nebule.


Le système de chaîne de blocs tel que abordé dans les articles Blockchain et nebule et Le cas de la messagerie ne peut être implémenté dans nebule.

Cependant la réflexion sur un mécanisme proche en terme de fonctionnalité ouvre tout un champs de possibles. Cela permet notamment d’introduire de la confiance là où à priori il n’y en a pas.

Il est ainsi envisageable de gérer la réputation des entités non pas dans des blocs mais par de multiples signatures de liens de réputations (positifs ou négatifs) par diverses entités. C’est le même mécanisme que la pondération. Le problème dans ce cas est la non prise en compte de liens d’entités que l’on ne connaît pas. L’annuaire est peut-être un facilitateur à ce niveau pour le cas d’entités inconnues.
Une nouvelle entité devrait commencer par se déclarer auprès d’un annuaire. Depuis l’annuaire cette nouvelle entité aurait accès aux autres entités, mais pas immédiatement puisque n’étant connue d’aucune entité, tout dialogue serait impossible. Le mécanisme dans l’annuaire peut prévoir une sorte de mise en relation entre entités qui ne se connaissent pas. Les premières entités rencontrées pourraient être des modérateurs. Ensuite, en fonction de la réputation acquise auprès des premières entités il serait possible pour la nouvelle entité de commencer à solliciter, toujours via l’annuaire, de nouvelles entités plus ‘timides’. Un mauvais comportement de la nouvelle entité dès le début entraînera rapidement un bannissement.
Pour éviter les bannissement abusifs par coalition, parce qu’il faut considérer qu’on ne peut pas plaire à tout le monde, il faut comprendre que le bannissement ne sera effectif que pour les entités ayant émis une réputation négative et toutes autres entité qui leurs font confiance. Mais la nouvelle entité sera toujours reconnue par les entités ayant émis une réputation favorable.

Nous devons dès maintenant considérer que, à moyen terme, l’intelligence artificielle sera à même de tromper, mieux que les humains, les barrières de filtrage anti-robots. Les techniques actuelles fonctionnent encore mais leurs méthodes sont déjà vouées à l’échec. Et puis l’important n’est pas de filtrer des robot qui peuvent être légitimes, mais plutôt d’isoler les sources d’actes malveillants. Et là nous ne sommes plus dans la détection du qui suis-je mais dans la détection comportementale. On peut imaginer aussi que des entités (humains ou robots) se comportent correctement un certain temps afin de monter en estime et traverser des barrières comportementales mais dans le but de s’attaquer à une cible de haute valeur, dans ce cas le prix en temps de création est élevé.

Blockchain et nebule – Le cas de la messagerie

Thursday, March 8th, 2018

Duplicata de l’article de même nom sur le blog de nebule.


Suite de l’article Blockchain et nebule.

La blockchain ne permet pas juste de manipuler de l’argent. Une forme de blockchain avec une portée réduite peut se retrouver dans la messagerie. Lorsqu’un message est transmis à des destinataires, ceux-ci vont marquer le message comme lu lorsqu’ils vont l’ouvrir les uns après les autres. On considère ici cette marque de lecture comme publique. Si un message est référencé par une empreinte et que les marques de lectures référencent cette empreinte, alors nous avons une chaîne de blocs indirecte. Un message ne référence pas le message précédent comme cela se fait avec un bloc, mais chaque message est vu et validé collectivement dans une période de temps (idéalement) réduite. Cette validation par les destinataires scelle les messages dans le temps et la chaîne est constituée par l’enchaînement des messages dans le temps, dans une conversation. Il est possible grâce à ce mécanisme de détecter les tentatives de suppression ou d’insertion de messages.

Cette façon de marquer les messages et de les figer dans le temps est une base de travail possible pour l’implémentation de l’équivalent d’une blockchain via les mécanismes de nebule et surtout avec ses restrictions. Ce mécanisme peut permettre un fonctionnement local là où la blockchain nécessite impérativement un consensus global et une cohérence mondiale.

L’utilisation de l’entité maître du temps kronos ne permet de résoudre qu’une partie du problème.

Blockchain et nebule

Wednesday, January 31st, 2018

Duplicata de l’article de même nom sur le blog de nebule.


C’est une première réflexion sur la blockchain et une implémentation avec les mécanismes de liens mis en place par nebule.

La, ou plutôt, les blockchains sont en plein essor et représentent non seulement un avenir proche pour échanger de l’argent mais aussi un avenir pour tout ce qui aujourd’hui nécessite un tiers de confiance. Les tiers de confiances peuvent être imposés ou choisis. Une blockchain permet de ne plus déprendre d’un tiers de confiance mais en conservant certains rôles remplis par un tiers de confiance. On ne se contente pas de remplacer le tiers de confiance, on sécurise même ses rôles en réduisant (voir supprimant) tous les abus de position dû à la place privilégiée du tiers de confiance.

La blockchain permet une validation globale et expose toutes les transactions à la vue de tous. Cette notion de globale implique en fait un réseau global : l’Internet.
Cette nécessité de la présence de l’Internet est potentiellement problématique. Rien ne permet d’affirmer que l’Internet survivra à moyen terme. Une fragmentation peut survenir brusquement. Et si l’Internet se retrouve fragmenté, il sera très difficile, sinon impossible, de le réunifier de nouveau. La gestion de l’information tel qu’elle est portée par nebule permet de survivre à un isolement des réseaux, l’ensemble est résilient à une fragmentation de l’Internet… même si ce ne sera pas aussi facile, rapide et fluide qu’aujourd’hui.

La blockchain permet de graver une information. L’information est une transaction financière, une transmission d’un bien réel ou virtuel. Cela veut dire une impossibilité d’annuler une opération, une transaction.
Avec nebule, les liens qui peuvent matérialiser une transaction peuvent être annulés soit par l’entité qui les émet, soit par soi-même. Si cette propriété de suppression de lien est problématique, il faudra définir un nouveau type de lien non annulable. Mais il est peut-être possible de trouver un processus présentant le même résultat tout en utilisant des liens annulables. Et il faut que celui-ci soit capable de fonctionner de façon globale tout en étant résilient à une fragmentation partielle ou forte du réseau.