Archive for the ‘time master’ Category

Génération de jetons – complément

Thursday, October 10th, 2019

Complément à l’article Génération de jetons.

Certaines valeurs dans les jetons sont limitées en taille :

  • NAM : limité à 256 caractères.
  • UNI: limité à 3 caractères.

De nouvelle propriétés sont ajoutées :

  • DTA : l’identifiant de l’entité autorité de temps pour les limites de temps. Optionnel.
  • DTC : Date de création du jeton. Forme texte libre limitée à 128 caractères. Doit pourvoir être interprété comme une date. Optionnel.
  • DTD : Date de suppression programmée du jeton. Forme texte libre limitée à 128 caractères. Doit pourvoir être interprété comme une date pour être fonctionel. Optionnel.
  • COM : Commentaire texte libre limité à 4096 caractères. Optionnel.
  • CPR : Licence du jeton sous forme d’une texte libre limité à 1024 caractères. Optionnel.
  • IDM : Mode de fonctionnement du mécanisme d’inflation/déflation (mode). Les modes sont creation et transaction. Optionnel.
  • IDR : Taux de variation du mécanisme d’inflation/déflation (rate). Égal à 1, taux constant donc pas de variation. Optionnel.
  • IDP : Périodicité d’application du taux de variation du mécanisme d’inflation/déflation (period). Unité exprimée en minutes. Optionnel.

Chaque propriété d’un jeton que l’on retrouve sous forme clé:valeur va être doublé d’un lien. Cependant les liens pouvant être annulés, les propriétés à figer sont écrites dans le jeton. Ainsi, une clé:valeur inscrite dans le jeton est prioritaire sur un lien équivalent.

L’autorité de temps (DTA) va faire l’objet de travaux particuliers autour de kronos et d’une application dédiée. Elle peut être spécifique pour chaque jeton mais il est plus logique qu’elle soit commune à une monnaie ou dans certains cas à un sac de jetons. La gestion du temps avec une autorité permet de prendre en compte sérieusement les suppression programmées de jeton  (DTC/DTD) ainsi que leur inflation/déflation automatique (IDM/IDR/IDP).

Le mécanisme d’inflation/déflation (IDM/IDR/IDP), si activé, avec un taux de variation inférieur à 1, donc en déflation, permet de forcer les détenteurs de jeton à les utiliser plutôt que de les stocker. Suivant le mode, le mécanisme tient compte du temps passé depuis la dernière transaction ou depuis l’émission du jeton. Les modes sont creation et transaction. Mais une entité peut demander à l’autorité émettrice de la monnaie un échange de jeton ancien contre un jeton plus jeune, si l’autorité émettrice le permet.

Blockchain et nebule – Le cas de la messagerie

Thursday, March 8th, 2018

Duplicata de l’article de même nom sur le blog de nebule.


Suite de l’article Blockchain et nebule.

La blockchain ne permet pas juste de manipuler de l’argent. Une forme de blockchain avec une portée réduite peut se retrouver dans la messagerie. Lorsqu’un message est transmis à des destinataires, ceux-ci vont marquer le message comme lu lorsqu’ils vont l’ouvrir les uns après les autres. On considère ici cette marque de lecture comme publique. Si un message est référencé par une empreinte et que les marques de lectures référencent cette empreinte, alors nous avons une chaîne de blocs indirecte. Un message ne référence pas le message précédent comme cela se fait avec un bloc, mais chaque message est vu et validé collectivement dans une période de temps (idéalement) réduite. Cette validation par les destinataires scelle les messages dans le temps et la chaîne est constituée par l’enchaînement des messages dans le temps, dans une conversation. Il est possible grâce à ce mécanisme de détecter les tentatives de suppression ou d’insertion de messages.

Cette façon de marquer les messages et de les figer dans le temps est une base de travail possible pour l’implémentation de l’équivalent d’une blockchain via les mécanismes de nebule et surtout avec ses restrictions. Ce mécanisme peut permettre un fonctionnement local là où la blockchain nécessite impérativement un consensus global et une cohérence mondiale.

L’utilisation de l’entité maître du temps kronos ne permet de résoudre qu’une partie du problème.